Histoire de l'entreprise: Comment tout a commencé...

L’histoire de la marque Kneipp® remonte au XIXe siècle. Le «docteur de l’eau» et le curé herboriste Sebastian Kneipp a participé lui-même à la création de la marque. Et ce, il y exactement 130 ans. Le 25 février 1891, il signa le contrat qui lança l’histoire de l’entreprise. L’objectif de Kneipp: léguer l’œuvre de sa vie et sa recherche en naturopathie à quelqu’un de confiance et pérenniser ainsi les connaissances acquises à l’issue nombreuses années d’études.
Nous sommes aujourd’hui fiers de la longévité de notre entreprise prospère et célébrons à la fois les 130 ans de la marque Kneipp® et le bicentenaire de Sebastian Kneipp.

1890

Sebastian Kneipp fait la connaissance du pharmacien wurtzbourgeois Leonhard Oberhäußer. Persuadés tous deux des bienfaits des méthodes thérapeutiques naturelles, ils deviennent bons amis et partenaires. Ils mettent au point des formules à base d'huiles essentielles de plantes et d'autres composants entièrement naturels, qui aujourd'hui encore sont à la base des produits Kneipp.

1891-1897

En 1891, Sebastian Kneipp remet le fruit de ses longues années d'étude entre les mains de son ami et associé Leonhard Oberhäußer, en lui légant le droit exclusif (c'est-à-dire dans le monde entier et pour toujours) de développer, fabriquer et commercialiser les produits pharmaceutiques ainsi que les aliments diététiques « sous le nom et l'image du pasteur Sebastian Kneipp ».

Avec ce contrat, ils posent tous les deux la première pierre de Kneipp®. Jusqu'en 1897, suivront d'autres déclarations et contrats de confirmation et d'élargissement. Avec le premier produit de la «Kneipp-Mittel-Zentrale», Kneipp et Oberhäußer firent immédiatement mouche. Les «pastilles contre la paresse intestinale» furent très bien accueillies par les clients de la pharmacie Engel à Wurtzbourg. Il était donc logique que l’assortiment de cette «start-up» originale s’enrichisse rapidement de nombreux autres produits.

Le visage marquant du curé Kneipp ornait depuis lors les emballages des infusions, des jus de fruit, des poudres d’herbes, des teintures, des extraits huileux et des «spécialités» qui englobaient des remèdes prêts à l’emploi: vin de romarin, Magentrost (élixir pour l’estomac) et Flatuol – un remède efficace contre les ballonnements – n’étaient plus seulement vendus, tout comme les autres développements de la Kneipp-Mittel-Zentrale, au comptoir d’Oberhäußer, mais envoyés par ses soins à des clients dans toute l’Allemagne.

1897-1919

Comme si souvent dans la vie, la joie et la souffrance étaient proches en ces années marquées par l’enthousiasme et l’euphorie. Le décès de Sebastian Kneipp survenu le 17 juin 1897 marqua une césure profonde pour son compagnon Oberhäußer – après de nombreuses années d’échanges étroits et de tests sur les produits développés conjointement.

Abandonner ou continuer? Malgré la perte, la question ne s’est pas posée pas pour Leonhard Oberhäußer. Il poursuivit de manière décisive le développement et la commercialisation les années suivantes et contribua ainsi à faire connaître les produits au-delà des frontières.

En plus de sa longue expérience, sa créativité lui fût utile. Il en fit la preuve notamment avec des idées telles que la „Meine Wasserkur“ («Petite pharmacie Kneipp»). En se basant sur la pharmacie composée par Kneipp dans son principal ouvrage «Ma cure d’eau», le pharmacien de Wurtzbourg associa les principaux remèdes et les vendit sous forme de compendium, parfois même avec une petite armoire fabriquée à cet effet et des instructions écrites.

Mais les remèdes ne furent pas seuls à l’origine de l’apogée de la Kneipp-Mittel-Zentrale au début du siècle dernier. S’inscrivant totalement dans l’esprit du créateur qui évoquait avec éloquence les bienfaits des soins du corps, l’assortiment proposait déjà divers savons aux plantes ou une lotion à base d’orties pour le cuir chevelu et les cheveux. Ainsi, en 1913, Leonhard Oberhäußer pu léguer à son fils Hermann – en plus de la pharmacie Engel de Wurtzbourg – une activité florissante et réputée. Et le fils poursuivit exactement là où le père s’était arrêté.

Nous devons prendre soin de la peau de notre corps, pour préserver la santé de ce dernier.

Sebastian Kneipp

1913 - 1945

La prochaine phase décisive débuta sous la direction de Hermann Oberhäußer: l’entreprise appelée «Oberhaeusser & Landauer, Kneipp-Haus-Centrale» de 1906 à 1935 avait tant à faire après la fin de la Première Guerre mondiale que les locaux de la pharmacies Engel ne suffisaient plus pour la fabrication et la commercialisation des produits. Il fallait faire de la place! Oberhäußer en trouva finalement dans la Ludwigstraße de Wurtzbourg; les premiers locaux se trouvaient en face du théâtre de la ville, au numéro 9 de la rue. Une décision courageuse en ces années turbulentes – et la bonne. Les produits qui y étaient fabriqués étaient si prisés qu’Oberhäußer commença à livrer d’autres pharmacies à partir de 1920.

Pommade rafraîchissante, poudre d’herbes diurétique en cas de troubles de l’appareil urinaire ou le Wühlhuber original de Kneipp, un mélange d’infusions pour renforcer l’estomac et l’intestin: la production et la commercialisation tournaient à plein régime.

Ce fut une période faste pour toutes les personnes impliquées qui – comme tant d’autres bonnes choses – prit fin brusquement en raison de la Deuxième Guerre mondiale déclenchée par le régime de terreur d’Hitler. Le 16 mars 1945 marqua tristement son histoire lorsque de grandes parties de Wurtzbourg furent détruites par une attaque aérienne dévastatrice. Quelque 5000 personnes perdirent la vie durant cette nuit d’horreur, la vieille vielle de Wurtzbourg fut rasée à 90% et il ne resta plus grand-chose de l’entreprise «Kneipp-Mittel-Zentrale» sise dans la Ludwigstraße.

1945-1951

Après la nuit de bombardement, peu de temps après la fin de la Seconde Guerre Mondiale en mars 1945 et la quasi destruction totale de la ville de Wurtzbourg, la société s'installe provisoirement sur le terrain de la fabrique de vinaigre de Wurtzbourg.

Il fallut également reconstruire la pharmacie Engel détruite sur la place du marché ce qui conduit Hermannn Oberhäußer aux limites de la résistance. On raconte que, pendant une chaude nuit d’été après la fin de la guerre, il aurait demandé à son neveu Luitpold – également pharmacien – et à sa fiancée Mareile, s’ils souhaitaient s’occuper à l’avenir de la Kneipp-Mittel-Zentrale. Chose dite, chose faite! Les «jeunes» se mirent au travail avec enthousiasme, on fit enregistrer une société en nom collectif au registre du commerce de Wurtzbourg le 20 mai 1948, scellant ainsi l’indépendance de la Kneipp-Mittel-Zentrale vis-à-vis de la pharmacie Engel. Hermann Oberhäußer et Luitpold Leusser étaient actionnaires à parts égales de la société en nom collectif. Erika Oberhäußer, fille d’Hermann Oberhäußer, succède à son père en 1951.

1951 – 1979

L’année 1958 marque finalement le premier grand jalon de la société en nom collectif Kneipp-Mittel-Zentrale Hermann Oberhäußer après la Deuxième Guerre mondiale. Une gestion intelligente et le miracle économique allemand des années 1950 avaient donné une telle solidité à l’entreprise en pleine expansion qu’il fut possible de déménager vers un ancien local d’excursion situé vers le Steinbachtal, dans la région de Wurtzbourg. L’entreprise restait fidèle à cette région de Franconie qui – signe du destin – offrait d’ailleurs des conditions idéales aux plantes médicinales telles que la camomille, la valériane, la sauge etc. en raison de son climat relativement sec et ensoleillé.

La même année, la maison Wörisana située à Bad Wörishofen fut achetée et aménagée pour répondre aux questions et interrogations de la population de la station thermale concernant les thèses de Sebastian Kneipp. Un peu plus tard, Luitpold Leusser commença à faire connaître, deux fois par an, à des pharmaciens et médecins la philosophie de Kneipp et plus particulièrement la phytothérapie dans la maison Wörisana. 

Le grand boom commença dans les années 1970. Les produits qui mettaient l’accent sur le pouvoir naturel des plantes étaient bien accueillis; tout comme les premiers additifs pour le bain de l’entreprise qui naquirent à cette époque dans l’univers Kneipp. Par ailleurs, les époux Leusser et Erika Oberhäußer développèrent massivement le réseau de distribution à partir des années 1970: les pharmacies ne furent plus les seules à proposer des produits Kneipp – les clients pouvaient désormais les acheter également dans les drogueries et le commerce de détail. La construction de l’usine à Wurtzbourg-Heidingsfeld commença durant cette phase.

1979-1996

Le nouveau site construit dans l’arrondissement de Wurtzbourg Heidingsfeld lança son activité en 1979 et produisait des huiles et des sels pour le bain ainsi que des jus de plantes. En parallèle, l’entreprise se développa en ouvrant une filiale aux Pays-Bas, la première hors des frontières allemandes. Les choses bougèrent au siège central situé au numéro 43 sur Steinbachtal: à la fin des années 1970, une petite section thermale fut installée dans ce qui était appelé la «Waldhaus» (maison des bois) pour tester les nouvelles formules. On y créa au début de la décennies suivante un centre de santé Kneipp dans lequel les visiteurs pouvaient se faire masser par un personnel qualifié et recevoir des traitements Kneipp.

Malgré cette expansion économique, il allait de soi pour le trio de direction de poursuivre la recherche sur les plantes et leurs effets. Cette thématique devait encore gagner en importance pour Kneipp au cours des années 1980. À titre d’exemple, la création en 1984 de son propre département d’analyse qui déménagea seulement quatre ans plus tard de Steinbachtal vers le site de Heidingsfeld qui connût une nouvelle extension à cette occasion.

Le site d’origine de Sebastian Kneipp n’avait pas été oublié pour autant. Au début des années 1980, un ancien entrepôt de livraison situé à Bad Wörishofen fut transformé en une fabrique d’infusions sous la direction de Luitpold Leusser. Bien qu’elle ait été réduite en cendres par un incendie en 1991, la direction souhaita continuer à s’engager sur le site souabe et fit reconstruire l’usine en un temps record. La production d’infusions reprit à plein régime en l’espace d’une année.

Au même moment, un classique Kneipp voyait le jour à Heidingsfeld: l’huile pour le bain Fleurs d’amandier a été le premier produit de la gamme prisée et développée au cours des décennies. À l’image de Kneipp, les développeurs trouvèrent l’inspiration dans les thèses du curé qui de son vivant faisait l’éloge de la précieuse huile d’amande: «L’huile d’amande douce doit occuper l’une des premières places parmi les huiles de l’armoire à pharmacie.» Un produit qui préservait l’héritage de Sebastian Kneipp et menait vers un avenir prometteur était né, dans l’esprit de Luitpold Leusser. Lorsque ce dernier décéda le 23 octobre 1996, il laissa une entreprise qui comptait alors 300 collaborateurs, exportait vers plusieurs pays européens, au Japon, en Corée et aux Etats-Unis.

1996-2001

À la fin des années 1990, Mareile, l’épouse de Luitpold Leusser, la fille d’Hermann Oberhäußer, Erika ainsi que sa nièce Susanne Boecker et son époux Fritz Boecker se partageaient la direction. Ensemble, ils développèrent l’internationalisation tandis qu’un site de production moderne doté d’un entrepôt central était construit à Ochsenfurt-Hohestadt, non loin de Wurtzbourg. Les laboratoires pour le contrôle qualité, l’analyse, la recherche et le développement, l’enregistrement des médicaments et la médecine s’y installèrent progressivement.

2001-2008

En 2001, Mareile Leusser et Erika Oberhäußer se retirèrent de l’entreprise. Pour armer Kneipp pour affronter les nombreux défis de l’avenir, Susanne et Fritz Boecker firent la même année appel à un fabricant traditionnel de renommée mondiale de produits médicaux et hygiéniques: la société Paul Hartmann AG d’Heidenheim acheta d’abord 80 puis sept années plus tard, la totalité des parts de l’entreprise.

Après le départ de Susanne et Fritz Boecker en 2002 et 2003, le poste de directeur de l’entreprise indépendante au sein du groupe Hartmann fut occupé par ses spécialistes externes qui contribuèrent à développer Kneipp dans de nombreux domaines et faire connaître la marque à l’échelle mondiale. En 2005, Dietmar J. Salein prit la direction des usines Kneipp. La marque connut alors une réorientation stratégique conforme au credo «Kneipp agit. Depuis 1891».

Comme signe extérieur d’estime pour l’origine des usines Kneipp et la contribution de la famille fondatrice Oberhäußer, le site Kneipp de Hohestadt a été baptisé «Werk Oberhäußer» le 8 juillet 2008 en présence d’Erika Oberhäußer.

2010

La première boutique Kneipp ouvrit ses portes dans un centre commercial en septembre 2010. Depuis 2011, Kneipp met en œuvre son concept d’ouverture de boutiques fixes en Allemagne et en Autriche. Le nombre de boutiques Kneipp proposant l’assortiment Kneipp complet continue à augmenter.

2011

L’internationalisation continua au cours des années: après la création des filiales au Benelux en 1951, en Suisse en 1996 et au Japon en 2008, le groupe Kneipp racheta Cattier Paris, un fabricant de cosmétiques naturels français.

2013-2017

En février 2013, le concept de sites et la concentration de tous les domaines de production et d'administration sont mis en œuvre sur le site de Ochsenfurt-Hohestadt. Toute l’administration de l’entreprise rebaptisée «Kneipp GmbH» en 2014 y est installée.

Aujourd’hui encore, la production est principalement réalisée en Allemagne: remèdes à base de plantes, compléments alimentaires, thés et additifs pour le bain; douches mousse, crème et aux huiles essentielles, lotions pour les pieds, le corps, les mains et le visage, mais également les produits de soin des lèvres, les bougies parfumées et les bâtonnets parfumés font partie de l’assortiment Kneipp en constant développement. 

Après onze années prospères passées dans l’entreprise, Dietmar Salein quitta la direction en atteignant l’âge légal de la retraite en février 2016. Il passa la présidence de la direction de Kneipp GmbH à Christoph Hirschmann. Il est épaulé par Frank Titus au poste de directeur et CFO.

En 2017, la gamme de produits Fleurs d’amandier a fêté ses 25 ans. Les produits font toujours partie des best-sellers de l’assortiment.

2018–2020

Alexander C. Schmidt a repris la direction du groupe Kneipp en février 2018. Avec lui, l’entreprise met l’accent sur la poursuite de la numérisation et la consolidation de la marque dans ses compétences-clés: un modèle reposant sur la compétence des produitsl'expertise en matière de santé et bien-être ainsi que le sens du service en harmonie avec les traitements de Sebastian Kneipp.

En 2020, Kneipp posa un jalon important en matière de développement durable. L’entreprise a adopté une nouvelle stratégie de durabilité avec des objectifs ambitieux. L’objectif: abandonner le plastique. D’ici 2025, tous les emballages devront être constitués d’alternatives exemptes de plastique.
Depuis les années 2000, Kneipp met l’accent sur le développement constant de la durabilité; un groupe de travail sur la durabilité et regroupant tous les départements se réunit pour la première fois en 2010.

2021

Une année particulière nous attend: Sebastian Kneipp aurait fêté ses 200 ans en 2021. Sa marque célèbre également ses 130 ans d’existence. 

Le partenariat qui a débuté il y a 130 ans dans une pharmacie de Wurtzbourg est devenu une entreprise moyenne travaillant à l’international. Quelque 500 personnes travaillent en Allemagne chez Kneipp, et 700 de par le monde. Ce que Sebastian Kneipp penserait de cette histoire... 

Ceci pourrait également vous intéresser:

Made in Germany, actif dans le monde entier : Kneipp est présent dans 18 pays

Les partenaires Kneipp dans le monde