Les odeurs influencent notre quotidien, notre vie toute entière – mais comment?

Edmond Roudnitska (1905-1996), maître parfumeur de légende, aurait été en mesure de différencier plus de 3000 odeurs. Nous autres, êtres humains lambda, pouvons en distinguer environ 500. Une belle performance déjà et un indice de l’importance de l’odorat dans notre vie.

Les parfums et leur effet influencent notre quotidien – bien souvent sans que nous en ayons conscience.


Ils influencent nos attirances, qui on aime et qui on n’aime pas. Un odorat développé nous préserve des dangers émanant par exemple d’aliments avariés ou de fuites de gaz. Les parfums agissent contre le stress, aident à se détendre ou stimulent et libèrent de nouvelles énergies. Imaginez un monde sans parfums: il serait vraisemblablement triste et fade. Raison suffisante d’en savoir un peu plus sur ces petits miracles.

Le développement et l’effet des parfums

Erich Schmidt connaît parfaitement l’univers des parfums. Le parfumeur et expert en odeurs travaille depuis des années au sein de notre service de développement dédié à l’utilisation des huiles essentielles et des parfums. Il a développé son nez délicat en tant qu’acheteur de parfums naturels. Pour en évaluer la qualité, il ne disposait à l’époque d’aucun outil technique ou presque, mais uniquement de son nez.

Monsieur Schmidt, quand les êtres humains commencent-ils à sentir?
L’odorat est déjà présent dans le ventre de la mère. Les préférences en termes d’alimentation y sont déjà déterminées. Nous percevons les arômes à travers les récepteurs olfactifs. Avec la naissance et l’absorption du lait maternel, les informations s’accumulent, les premières odeurs de l’environnement sont perçues et apprises. Entre le 18 et le 24e mois, les enfants connaissent une phase de néophobie, la peur de nouvelles odeurs et de nouveaux goûts – une protection contre les aliments nocifs. C’est seulement à partir de trois ans que nous exploitons totalement nos cellules olfactives.

 

Quelles sont les odeurs agréables aux êtres humains?
Chaque personne perçoit les odeurs différemment. Nos conditions génétiques nous permettent déjà de différencier des nuances de sensations olfactives. Formatées par l’hédonique, c’est-à-dire l’évaluation individuelle d’une odeur, elles peuvent sensiblement varier. Un exemple: le parfum de la lavande exerce en générale une action calmante et harmonisante. Mais si nous avons développé une hédonique qui n’aime pas la lavande, son effet sera nul.

Où commence-t-on lors de la création d’un parfum? Quel est, par exemple, le parfum de la joie de vivre?
Le parfumeur professionnel ne doit jamais partir de ses préférences personnelles. Un seul parfum ne répondra jamais au goût d’une grande partie de l’humanité. Nous pouvons seulement nous référer aux modes et à ce qui est perçu comme positif par une majorité d’individus. Ainsi, les fragrances fraîches, fruitées, claires et vertes nous stimulent et nous vivifient. Une sensation qui peut être associée à la joie de vivre.

Une journée sans expérience olfactive est une journée perdue.

Erich Schmidt, parfumeur et expert en odeurs

Erich Schmidt
Parfümeur und Duftexperte


Et quels sont les parfums relaxants?
Les notes fleuries, douces et délicatement boisées sont harmonisantes alors que les notes amères, herbacées ont un effet calmant. Mais les influences extérieures, le stress mental ou les problèmes de santé peuvent rendre aujourd’hui un parfum agressif alors qu’il me calmait hier.

Comment cela se fait-il? Que se passe-t-il dans notre corps?
Les odeurs sont détectées par l’épithélium olfactif via les muqueuses nasales et transmises via les nerfs et le bulbe olfactifs jusqu’au système limbique. Ce dernier est responsable des sentiments, des affects et des pulsions. Les parfums peuvent ici agir de manière inconsciente sur l’être humain. C’est pourquoi les halls des hôtels sont parfumés afin que les clients s’y sentent bien; les magasins de vêtements essaient de prolonger la durée de visite en recourant aux parfums. À une condition indispensable: le parfum doit être subliminal. Dès que l’on perçoit le parfum, l’hédonique intervient: il plaît ou ne plaît pas.

Pouvons-nous également exploiter l’effet des parfums et influencer notre propre humeur?
Sans aucun doute! Mais les autres organes sensoriels ne sont pas en reste. L’oreille doit entendre la bonne musique, le goût vient avec le bon vin, l’œil voit un paysage ou des personnes intéressantes, le toucher peut être satisfait de la forme du verre à vin et l’odorat d’un petit bouquet de roses sur la table. La condition essentielle est la santé de la personne. Ensuite, les odeurs peuvent amplifier la perception d’une situation: nous développons davantage de sentiments avec le parfum, le niveau est plus élevé lors des séances de wellness. Nous façonnons d’ailleurs notre propre image avec des parfums.

Les parfums que nous portons sont très différents selon notre origine.  Comment expliquer les préférences en termes de parfum?
Les préférences sont façonnées par l’éducation, les influences sociétales et les particularités socio-culturelles. Les conditions climatiques et la flore influencent les habitudes olfactives. Notre pays voisin, la France, propose dans presque chaque segment cosmétique, les produits pour le bain jusqu’à l’entretien des sols ou des adoucissants un parfum de lavande typique et authentique. Ce serait inimaginable  chez nous. En revanche, le sud de l’Europe privilégie les notes plus opulentes, boisées et fleuries, mais il existe là aussi des différences entre les différents pays. L’Asie privilégie des fragrances intensément fleuries et vertes.

Les parfums dégagent une odeur différente selon la personne qui les porte. Pourquoi?
C’est lié à la génétique individuelle de chaque personne. Notre peau est elle aussi unique et influence les parfums: elle est notamment un producteur important de phéromones. Ces dernières contribuent à modifier le parfum porté. L’alimentation, l’activité physique, l’hygiène et même les maladies influencent la qualité de la peau et donc son odeur. Un même parfum porté par dix personnes pourra donner dix perceptions olfactives différentes.

Comment notre odorat évolue-t-il tout au long de notre vie?
L’odorat s’amenuise avec l’âge. La déshydratation joue un rôle. Elle entraîne une réduction des muqueuses olfactives nasales et donc une baisse de la performance olfactive. Une autre raison importante est le manque d’entraînement, c’est-à-dire, la perception consciente d’odeurs, leur identification et leur évaluation. Les routines développées par le cerveau disparaissent avec le temps si nous ne les utilisons pas suffisamment. En entraînant son odorat, il est possible de repousser ce processus. On dit que l’odorat est le dernier sens à quitter l’être humain lorsqu’il disparaît.

Ceci pourrait également vous intéresser :

La joie de vivre vient de la nature

Les huiles essentielles naturelles de Litsea cubeba sont connues pour leur parfum stimulant: découvrez notre gamme Joie de vivre avec formule brevetée.  

La joie de vivre, formule brevetée

L’effet des parfums

Tout le monde connaît l’aromathérapie. Peut-être avez-vous aussi déjà entendu parler d’aromachologie? Et en quoi ce thème est-il lié à Kneipp?

L’aromachologie chez Kneipp

Science et recherche

Aromacologie, effet des couleurs, barrière cutanée ... Lorsqu’un ingrédient spécifique est ajouté à nos produits, c’est pour une bonne raison, justifiée...

Le savoir-faire à la base de nos produits
Lebensfreude suchen und finden

Pure joie de vivre

Ouvrir les yeux sur les petites histoires et les beaux moments: nous nous mettons à la recherche de la joie de vivre.

Was uns Lebensfreude bedeutet