Une vie mouvementée : qui était Sebastian Kneipp ?

Docteur de l'eau, nathuropathe et herboriste, découvrez comment le fils d’un tisserand bavarois a acquis une notoriété bien au-delà des frontières de son pays.

Ses réussites et sa philosophie de la naturopathie sont étroitement liées à son histoire personnelle. Elle pourrait remplir des livres entiers, mais nous nous satisferons des plus importantes événements de la vie de cette personnalité à qui nous devons notre nom.

1821

Sebastian Kneipp nait le 17 mai 1821 comme fils d’un tisserand à Stephansried (Bavière).

1842

Dès son jeune âge, Kneipp désire devenir prêtre. Le Dr Matthias Merkle, un parent éloigné, ainsi que le curé du village et botaniste, Christoph Ludwig Koeberlin, soutiennent Sebastian Kneipp dans la réalisation de son désir : il apprend le latin et aborde la médecine naturelle par les plantes.

1844

Kneipp déménage à Dillingen avec son tuteur le Dr Merkle où il suit des cours de gymnastique.

1846

Au 19e siècle, les logements ne comportaient souvent qu’une seule chambre, plusieurs personnes partageaient généralement le même lit. Un environnement idéal pour des maladies comme la tuberculose. Elle frappe également Sebastian Kneipp en 1846, ce qui ne l’empêche pas d’obtenir son diplôme de fin d’études secondaires après quatre ans.

1849

Kneipp commence ses études de théologie, mais il souffre de plus en plus de sa maladie. Un jour, il découvre par hasard le livre du médecin Johann Siegmund Hahn sur les propriétés bienfaisantes de l’eau froide.

Impressionné par les connaissances décrites, Kneipp tente l’expérience et plonge dans les eaux glacées du Danube. Un bain de quelques secondes suivi d’un sprint de courte durée a un résultat étonnant : Sebastian Kneipp se sent rafraîchit et reposé. Il répète ces bains de courte durée dans les jours qui suivent et les complète par des bains partiels et des affusions. Son état de santé s’améliore constamment.

1852

Entièrement guéri de sa tuberculose, Kneipp termine ses études à l’âge de 31 ans et devient prêtre peu après. Ce faisant, il approfondit ses connaissances sur l’effet salutaire de l’eau et applique pour la première fois ses formes de traitement sur des patients, dont une femme atteinte de choléra qu’il guérit.

Il est de plus en plus apprécié par la population et se fait un nom en tant que « chapelain du choléra » et « docteur de l'eau ». Médecins et pharmaciens, par contre, voient son action d’un œil critique. Que Kneipp aide rapidement et gratuitement les malades leur déplait fortement. Ils portent plainte, mais le tribunal acquitte Kneipp.

Il devint de plus en plus connu après de la population si bien qu'il commenca à se faire appeler le " docteur de l'eau" et "l'aumonier du choléra". A l'opposé, la communauté médicale commenca à voir ses agissements d'un mauvais oeil. En effet, le fait d'aider des personnes malades et de les soigner rapidement et gratuitement n'était pas apprécié. Sebastian Kneipp fut d'ailleurs pousuivi en justice mais rapidement les charges contre lui furent levées par la cour.

1855

Le savoir de Kneipp le rend de plus en plus célèbre. En 1855, il est envoyé à Bad Wörishofen, où il fait de nouveau beaucoup de bruit en guérissant un troupeau complet de bovins de la fièvre aphteuse avec ses affusions d’eau. Il approfondit ses connaissances comme conseiller agricole et rédige des ouvrages agricoles spécialisés.

1855-1889

Au fil de ses recherches, Kneipp complète ses formes de traitement par d’autres méthodes thérapeutiques pour développer ainsi une conception holistique de la santé associant le corps et l’esprit.

1886

Kneipp rassemble ses observations et ses résultats dans son livre « Ma cure d’eau ». En plus des explications sur ses affusions d’eau, ce livre contient déjà un chapitre sur la phytothérapie. La demande ne cesse d’augmenter : jusqu’à 150 patients viennent chaque jour lui demander de l’aide.

L’eau que le Créateur a offerte à l’humanité et des plantes choisies du règne végétal forment l’essentiel pour guérir les maladies et redonner la santé au corps.

Sebastian Kneipp

1889

Kneipp publie son deuxième livre « Il faut vivre », dans lequel il décrit sa conception holistique de la santé et les fameux cinq piliers.

1891

La première pierre de la marque Kneipp® est posée, car Sebastian Kneipp transfère à son ami de longue date, Leonhard Oberhäußer, le droit de développer et de fabriquer des produits pharmaceutiques et cosmétiques sur la base de sa philosophie et de les commercialiser sous le nom de « Kneipp ». Les formules développées à cette époque servent aujourd’hui encore de modèle pour les produits Kneipp®.

1893

Kneipp est particulièrement honoré en 1893 : le Pape Léon XIII le nomme camérier secret du Pape et lui confère le titre de « Monsignore ».

1894

Kneipp publie « Mon testament » qui résume tous ses résultats de recherche.

1897

Âgé de 76 ans, Kneipp meurt le 17 juin 1897. Son savoir et le concept thérapeutique qu’il en a tirés sont considérés comme des jalons de la médecine. Jusqu’à ce jour, ils constituent la base de la marque Kneipp®.

Ceci pourrait également vous intéresser :

Les 5 piliers de Kneipp

Les préceptes de Sebastian Kneipp restent aujourd'hui encore un exemple en médecine naturelle.

L’ENSEIGNEMENT DE KNEIPP

La marque Kneipp

La volonté de Kneipp est d'offrir des instants de bien-être au plus grand nombre

L'esprit de la marque

125ans d'expertise naturelle

Créés en 1891, la marque et les produits respectent les 5 pilliers de la philosophie de Sebastian Kneipp.

En savoir plus