Photo en noir et blanc de Sebastian Kneipp
Photo en noir et blanc de Sebastian Kneipp
Kneipp l'homme, Kneipp le mythe:

La vie étonnante de Sebastian Kneipp

D'un point de vue actuel, la vie de Sebastian Kneipp pourrait servir de modèle à un film hollywoodien: un fils de tisserand à la soif de savoir insatiable; il tombe malade et sa vie est menacée, il se guérit lui-même - et traite bientôt d'autres personnes grâce à son enseignement: les plus pauvres des pauvres, les plus riches des riches, des servantes, des paysans, des princesses, des maharadjahs, le pape; il devient une célébrité internationale, transforme un village de paysans en station thermale de renommée mondiale, travaille contre certaines résistances, mais toujours pour la santé des hommes - inlassablement, jusqu'à son dernier souffle.

De l'eau à la cure d'eau, de la vie à l'enseignement:

Des choses passionnantes, intéressantes et curieuses sur Sebastian Kneipp

Une chose est sûre: la biographie de Sebastian Kneipp offre une riche matière pour le grand cinéma. Pourtant, ce fils de tisserand, né le 17 mai 1821, ne voulait devenir que pasteur - et certainement pas une star mondiale célébrée pour ses succès thérapeutiques. On se demande donc naturellement comment il a pu en arriver là?

Non. Sebastian Kneipp a étudié la philosophie et la théologie à Dillingen et à Munich. Le chemin était déjà suffisamment difficile pour ce fils de tisserand domestique issu d'un milieu très modeste. Dès l'âge de douze ans, il dut contribuer à l'entretien de la famille en travaillant dur sur le métier à tisser et en gardant le bétail. Ce n'est que grâce à l'encouragement d'un aumônier de sa famille éloignée que le "Baschtl" assoiffé de connaissances a pu accéder à une formation supérieure - et a finalement passé son baccalauréat à l'âge de 27 ans.

Le premier patient de Kneipp était en fait lui-même! Peu après le début de ses études, il se sent en effet de plus en plus mou et sans énergie. La faute à une grave maladie des poumons - très probablement la consomption, que nous connaissons aujourd'hui sous le nom de tuberculose. En quête d'un soulagement, l'étudiant "tombe" sur un livre consacré aux vertus curatives des bains froids - qui le pousse finalement à faire une expérience personnelle: En plein hiver, Kneipp se baigne plusieurs fois par semaine dans le Danube glacé, puis se précipite dans sa chambre et s'emmitoufle dans un lit chaud. Quelque temps plus tard, il se sentait à nouveau en parfaite santé - et s'était "tout simplement" guéri de la tuberculose, une maladie souvent mortelle à l'époque.

Comme il se doit pour une véritable célébrité, on a très tôt donné des surnoms à Sebastian Kneipp. En 1853, par exemple, après qu'il eut guéri plusieurs patients du choléra qui sévissait à l'époque, on parlait de "chapelain du choléra". En raison de son immense connaissance des vertus curatives des plantes, Kneipp fut également connu comme "curé herboriste" et - grâce aux grands succès de l'hydrothérapie - comme "docteur de l'eau" (une appellation qui ne lui convenait d'ailleurs pas particulièrement, car Kneipp tenait toujours à une approche globale).

En tant que jeune candidat au sacerdoce, il était passé par différentes étapes, comme il est d'usage dans l'Église. Mais le haut clergé n'appréciait pas qu'un de ses pasteurs fasse régulièrement parler de lui pour ses activités de guérison, querelles juridiques comprises. Malgré l'acquittement prononcé par le tribunal, il a finalement été "parqué" comme confesseur au couvent des dominicaines de Wörishofen, mais cela s'est retourné contre lui: le petit village est devenu successivement un hotspot international de la santé.


Curieux: c'est là que des dignitaires religieux, entre autres, se sont fait soigner avec des applications d'eau et autres.

Cette liste se lit comme le who's who de l'époque - et s'étendait de l'archiduc Joseph d'Autriche à Don Carlos, infant d'Espagne, en passant par le prince Henri de Bourbon. Même le maharadjah de Baroda a entrepris le difficile voyage depuis l'Inde jusqu'à Wörishofen, qui est devenue Bad Wörishofen en 1920. De nombreuses personnalités ont également bénéficié de visites à domicile: L'ecclésiastique guérisseur a notamment soigné l'impératrice Sisi d'Autriche ou - en 1894 - le pape. Les chemins non conventionnels mènent parfois à Rome...

Sebastian Kneipp est mort le 17 juin 1897 à l'âge de 76 ans. Pour l'époque, ce n'était pas seulement remarquable parce qu'il avait surmonté la tuberculose; l'espérance de vie moyenne pour les hommes en Allemagne à cette époque n'était même pas de 40 ans¹! Selon les notes de son médecin, le Dr Alfred Baumgarten, il a succombé à une tumeur dans l'abdomen à 4h30 du matin. Sa mort a suscité la consternation dans le monde entier. Dans la nécrologie du journal viennois Fremdenblatt, on pouvait lire: "Même si son action a été accueillie de certains côtés par un froncement de nez méprisant, ce qui est sûr, c'est que le succès dans des milliers de cas lui a donné raison".

Sebastian Kneipp: les étapes d'une vie mouvementée

Paysage idyllique de Stephansried en Bavière

1821

Sebastian Anton Kneipp, fils d'un tisserand, voit le jour le 17 mai à Stephansried, en Bavière. Bien que son père soit un homme très cultivé et ouvert sur le monde, le jeune "Baschtl" doit travailler dur au cours de sa jeunesse pour que la famille puisse survivre.

Le rosaire est posé sur un livre ouvert.

Le jour de son vingtième anniversaire, la maison familiale de Kneipp est la proie des flammes; toutes les économies du jeune homme avide de connaissances sont anéanties. Auparavant, celui qui voulait absolument devenir prêtre catholique avait mis chaque centime de côté pour financer ses études de théologie.

Finalement, le destin tourne en bien: Le Dr Matthias Merkle, un ami fidèle et parent éloigné, fait venir Sebastian Kneipp, 21 ans, à Grönenbach et lui permet de suivre des cours de latin. Parallèlement, le pasteur et botaniste Christoph Ludwig Koeberlin l'initie au monde de la phytothérapie.

Salle de classe historique avec des bancs d'école.

Kneipp s'installe à Dillingen sur le Danube. Son protecteur Merkle y est devenu professeur au lycée local et permet à son protégé d'entrer au lycée local.

Pile de livres avec chapeau de diplômé.

Alors qu'il est encore au lycée, cet élève studieux est atteint de tuberculose, une maladie pulmonaire souvent mortelle à l'époque. Il réussit néanmoins à passer son baccalauréat en seulement quatre ans.

Premières expériences avec les vertus curatives de l'eau

1848

Le baccalauréat en poche - plus rien ne s'oppose désormais au rêve d'étudier au lycée de Dilling ainsi qu'à Munich. Mais la tuberculose fait de plus en plus souffrir l'étudiant en théologie et en philosophie fraîchement diplômé... jusqu'à ce qu'il tombe par hasard sur un livre de Johann Siegemund Hahn sur la "Krafft und Würkung des frischen Wassers in die Leiber der Menschen ...".

1849

Inspiré par les explications sur les applications de l'eau, le futur théologien "s'offre" désormais plusieurs fois par semaine des bains dans le Danube, froid en hiver - et se précipite ensuite dans son salon chaud. Sebastian Kneipp complète le tout par des demi-bains et des jets. Son état de santé s'améliore alors constamment. Enthousiasmé par le succès de cette thérapie, il traite dès 1850 ses premiers camarades d'université.

1886

Le livre de Kneipp "Meine Wasserkur" (Ma cure d'eau) paraît - et contient déjà un chapitre sur la phytothérapie. Par la suite, l'intérêt du public ne cesse de croître. Jusqu'à 150 patients se présentent désormais chaque jour sur le pas de sa porte pour se faire soigner.

L'eau prêtée par le Créateur à l'humanité et les herbes sélectionnées dans le règne végétal constituent l'essentiel pour guérir les maladies et rendre le corps sain.

Le pasteur Sebastian Kneipp
Sebastian Kneipp

1889 / 1890

Le deuxième ouvrage principal "Ainsi vous vivrez", dans lequel est décrit le concept de santé globale connu jusqu'à aujourd'hui avec la philosophie des 5 piliers, est mis sur le marché : un autre booster de célébrité pour Wörishofen et son curé de ville. L'année suivante, le conseil municipal décide à une ( !) voix de majorité de miser à l'avenir entièrement sur la carte "cure & Kneipp". Lui-même se tourne dès lors de plus en plus vers la création d'établissements de soins.

1891

Cette année marque rien de moins que la naissance de la marque Kneipp. Sebastian Kneipp cède au pharmacien Leonhard Oberhäusser de Würzburg, qui était déjà venu à Wörishofen un an plus tôt, le droit exclusif "d'apposer sur tous les remèdes et spécialités Kneipp, en Allemagne et à l'étranger, en signe d'estime et de bonté, l'image et le patronyme de Monsieur le pasteur Seb. Kneipp". Peu de temps après, le premier produit de la "Kneipp-Mittel-Zentrale" apparaît: des pilules contre la paresse intestinale.

1893

Alors que l'établissement thermal de Wörishofen, baptisé "Sebastianeum", existe depuis deux ans déjà, l'asile local pour enfants est inauguré le 20 janvier 1893 à l'initiative de Kneipp. On sait qu'à cette époque, malgré son succès, Kneipp, alors âgé de 72 ans, se souciait particulièrement du bien-être des enfants malades.

1894

Après sa nomination en tant que chambellan secret et monseigneur du pape, Kneipp quitte la station thermale de Wörishofen, désormais très animée, pour se rendre à Rome. Au Vatican, il est reçu par le pape Léon XIII, qui - comment pourrait-il en être autrement - est également soigné par lui. La sciatique du pontife a pu être soulagée par des ablutions froides combinées à un changement d'alimentation.

1897

Le 17 juin 1897, l'ecclésiastique, désormais âgé de 76 ans, succombe à une tumeur. Au cours des semaines précédentes, son médecin traitant avait informé l'opinion publique mondiale inquiète de l'état de santé de son patient dans des bulletins quotidiens envoyés à plus de 300 journaux. Sa mort provoque une consternation internationale - atténuée par la certitude que ses enseignements survivraient au temps. Aujourd'hui encore, les connaissances de Sebastian Kneipp sont considérées comme des jalons de la médecine et constituent le fondement de la marque Kneipp.

Cela pourrait aussi t'intéresser:

Chute d'eau dans la verdure.

Sebastian Kneipp a découvert les vertus thérapeutiques de l'eau dès le 19e siècle.

Les rayons du soleil inondent une forêt.

De la matière première à l'emballage en passant par la production : la durabilité est au cœur de nos préoccupations

Deux mains plongent dans l'eau.

La pensée globale de Sebastian Kneipp comme guide pour une vie saine.

Siège de Kneipp à Ochsenfurt-Hohestadt.

Que se cache-t-il derrière l'entreprise et la marque Kneipp ?